to pitch or not to...

classic Classique list Liste threaded Arborescence
39 messages Options
12
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

John Mandereau
Bonjour Pierre,
Le jeudi 14 janvier 2010 à 22:13 +0100, Pierre RUEL a écrit :
> Pour Guillaume Portail nous sommes bien d'accord mais je viens de
> vérifier: Myriad propose de télécharger le code exécutable de ses
> logiciels, dont Harmony Assistant,  et entretient un "atelier
> démocratique" où la communauté Myriad (sympa elle aussi) peut travailler
> sur des compléments et modifications des logiciels. Il est aussi
> possible de proposer des scripts spécialisés, des sortes de plug ins en
> somme.

La sympathie et l'entraide dans la communauté sont très importantes,
mais elles ne peuvent pas remplacer certains avantages des logiciels
libres.

Que pourra faire la communauté si un jour Myriad met la clef sous la
porte ou est rachetée par une autre entreprise qui ne souhaite plus
développer Harmony Assistant ?  Pourra-t-on compter sur le fait que les
détenteurs des droits d'auteur sur le logiciel concèdent une partie de
leurs droits en libérant le code source ?  Si dans cette situation les
sources sont effectivement libérées, ce ne sera que grâce à la bonne
volonté des détenteurs des droits d'auteurs, dont il est impossible de
s'assurer à l'avance si le logiciel est propriétaire.  Par contre, si le
logiciel est libre, on est assuré qu'il est légalement et effectivement
possible de récupérer les sources, c'est un obstacle de moins à la
reprise du développement.

Par ailleurs, comment fait un membre de la communauté qui est excédé par
un bogue ou une insuffisance du logiciel et qui a une idée, le temps et
les capacités pour le résoudre, et qui ne peut pas le faire en écrivant
un plugin parce que le code du cœur du logiciel doit être modifié ?
S'il ne veut pas ou ne peut pas se faire embaucher par Myriad pour le
faire, il ne peut pas si le logiciel n'est pas libre.

John

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr

signature.asc (205 bytes) Download Attachment
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

John Mandereau
En réponse à ce message posté par Bernard Meylan
Le vendredi 15 janvier 2010 à 01:48 -0800, bameylan a écrit :
> Détrompez-vous: ils ne remarquent peut-être pas la bienfacture de la
> partition, mais ils y sont sensibles, surtout pour des séances de studio qui
> peuvent être fatiguantes pour les yeux...

Tout à fait, et ça vaut également dans des églises ou autres lieux de
concert où les partitions sont peu éclairées.


> À  mon avis, HA n'est ni plus souple ni plus évident à maîtriser que Finale,
> mais il a un atout majeur: c'est le seul logiciel payant qui, pour des
> fonctions pléthoriques, coûte si peu (dans les 70€) et dont les mises à jour
> soient gratuites! Regardez le prix de ces MàJ chez Finale ou Sibelius! HA
> est devenu avec le temps et les avis des utilisateurs une usine à gaz qui
> prend des proportions sans communes mesures avec le but du logiciel: faire
> de la musique. Et l'ergonomie de l'engin est -à mon avis- catastrophique.
> Mais ce logiciel répond parfaitement aux voeux d'un grand nombre
> d'utilisateurs, alors comme le dit bien P. Ruel: n'allumons pas une
> guéguerre.
Par rapport à d'autres types de logiciel pour lesquels des milliards
sont en jeu, les logiciels de notation musicale ont peu d'utilisateurs,
et donc intéressent peu de développeurs, qu'ils soient professionnels ou
bénévoles.  Le monde de la notation musicale est trop petit pour qu'on
passe notre temps en guéguerre, mais des dicsussions animées sur la
liste anglophone arrivent inévitablement et régulièrement (une à trois
fois par an), je crois que cette discussion est la plus animée de cette
liste depuis sa création.


> Pour ce qui est
> de mon travail avec LilyPond, je dois dire que je termine toujours mes
> partitions avec un vrai logiciel de mise en pages: Scribus. je n'ai ainsi
> pas à chercher des formules cachées dans un recoin du manuel et je peux
> ajouter ce que bon me semble (après export de Lily en ps et dégroupage de
> tous les éléments dans Scribus), de la petite croix signifiant un coulé ou
> un port de voix au déplacement d'un groupe de notes pour les aérer.

Ce procédé fonctionne à tous les coups, mais lorsqu'il faut par exemple
faire une correction sur la partition, qui nécessite de produire un
nouveau fichier PostScript avec LilyPond, il faut refaire toutes les
retouches avec Scribus, n'est-ce pas ?  Il est vrai qu'il n'est pas
évident d'ajouter à LilyPond de nouveaux symboles de la même qualité
typographique que ceux existants (notamment dont l'épaisseur varie en
fonction de la taille de portée), ni de faire certaines retouches, mais
au rythme actuel de développement il nous faudra encore du temps (et de
nouveaux contributeurs) pour rendre ces choses plus faciles.

John

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr

signature.asc (205 bytes) Download Attachment
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

flup
Autre possibilité, pour des passages simples demandant peu de notes mais beaucoup de mise en page: Scribus permet depuis quelques versions d'incorporer dans un cadre du code Lilypond (ou LaTeX), lançant une compilation en tâche de fond et affichant le fichier graphique résultant.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

John Mandereau
En réponse à ce message posté par Seventies
Le vendredi 15 janvier 2010 à 11:47 +0100, j-f.lucarelli a écrit :
> Et si je ne me trompe, le PDF peut faire l'objet d'une protection,
> ceci dans le cas de partitions légalement achetées.

La protection actuelle des PDF est relativement facilement contournable,
puisqu'il existe des logiciels libres pour lire des documents PDF.  Ce
genre de protection est appelé DRM, que l'on pourrait traduire par «
menottes numériques », et ont pour objectif principal de restreindre des
libertés qui devraient accompagner l'outil informatique et internet ;
ces outils de restriction sont inventés par des entreprises qui
sacrifient ces libertés pour leur profit :
http://www.zdnet.fr/blogs/l-esprit-libre/richard-stallman-la-loi-creation-et-internet-exemple-de-menottes-numeriques-39602216.htm
http://www.gnu.org/philosophy/opposing-drm.fr.html


> C'est pourquoi je tente de montrer au Conservatoire que Lilypond
> serait une excellente alternative, non pas spécialement pour obtenir
> des partitions gratuites, mais pour simplifier la vie des exécutants.

Excellente initiative !  Si tu parles de LilyPond dans un contexte
ouvert au public (que ce soit dans le cadre du conservatoire ou dans un
autre cadre), n'hésite pas à faire la publicité sur cette liste.

John

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr

signature.asc (205 bytes) Download Attachment
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

John Mandereau
En réponse à ce message posté par Pierre RUEL
Le vendredi 15 janvier 2010 à 08:55 +0100, Pierre RUEL a écrit :
> La façon dont je nomme les  notes n'est pas plus "midi" que l'autre.
> Elle est un peu plus récente, c'est vrai, puisque les lettres ont été
> utilisées dès l'Antiquité, mais faut-il rappeler que le midi est
> normalisé depuis 1982 alors que l'hymne à Saint-Jean Baptiste, d'où sont
> tirés les noms des notes, date du XIème siècle ?

Il n'y a pas de raison de s'opposer à l'utilisation de cette notation
des hauteurs avec indication numérique de l'octave, mais si on le fait
il faut alros l'expliquer dans le glossaire de LilyPond ; tout les
utilisateurs de LilyPond ne sont pas des experts de la théorie musicale
ou ont appris la musique en connaissant cette notation.


> (Il me vient à l'esprit, après coup, que toute oeuvre de musique
> antérieure à la diffusion des logiciels de notation grand public a été
> créée sur la base de partitions *manuscrites* faites par des copistes
> plus ou moins soigneux, mais pas par des graveurs professionnels [je
> l'ai souvent fait dans une harmonie dont le chef écrivait des
> transcriptions]. Je suis sûr qu'en 1913, une chose aussi touffue et
> déconcertante que le Sacre du printemps a été créé sur de la musique
> copiée à la main . Allons, les musiciens font de la musique avant toute
> chose et je crois vraiment que l'aspect visuel de leur partition ne leur
> importe guère.)
Pour ajouter à ce qu'à répondu Bernard, depuis dix ans que je joue dans
des orchestres comme élève puis amateur, je ne compte plus le nombre de
fois où j'ai entendu le/la chef ou un voisin d'orchestre exprimer son
mécontentement face à une partition sale (que ce soit trop photocopiée,
avec une typographie pourrie).  Certes, on peut toujours se débrouiller
avec des partitions pourries et pleines de fautes, mais ça fait perdre
du temps et de l'énergie, et je parie que même les musiciens doués qui
parviennent à ne pas laisser paraître ce genre de difficulté préfèrent
les investir dans l'exécution et l'interprétation.


> J'ajoute que les auteurs de Lilypond semblent assez remontés contre
> Finale, en quoi je les suis volontiers, mais Harmony Assistant par
> exemple est beaucoup plus souple. Trop peut-être, car comme la mise en
> page n'est pas automatisée elle implique une foule de paramétrages et de
> retouches que je ne maîtrise pas, mon extrait du Clavecin bien tempéré
> en témoigne.

Finale est également très souple, d'après ce que j'ai lu sur la liste
anglophone de LilyPond, les graveurs professionnels le préfèrent à
Finale car ils aiment bien pouvoir retoucher rapidement chaque hampe et
beaucoup d'autres éléments de notation à la souris ; je me demande
d'ailleurs s'il vaut mieux attraper une tendinite à cause du clavier ou
bien de la souris.


> Mais c'est aussi que les 2 logiciels visent des buts totalement
> différents. HA veut être un assistant à la composition musicale (il
> propose des fonctionnalités d'harmonisation automatique et même
> d'assistance à la composition de mélodies, ce qui est un petit peu la
> négation de la composition, mais passons) et la gravure n'est que l'une
> de ses fonctionnalités. Je n'en suis pas un expert mais j'en connais un,
> d'expert, musicien d'orchestre professionnel, dont la passion de la
> belle gravure est tout à fait comblée par ce logiciel.

Je connais aussi un professeur de hautbois qui transcrit et grave des
centaines de partitions ; il fait du bon travail sur le plan musical,
mais j'ai déjà eu des difficultés à lire une de ses partitions qui était
gravée avec Finale, en particulier le tout début avec une seule croche
dans une mesure incomplète bien trop large.  Avec cet exemple, ce que tu
viens d'écrire et ce que j'ai vu de la qualité de la gravure par Harmony
Assistantn, que ce soit l'exemple que tu as gravé ou les petits extraits
sur , j'ai envie de dire qu'il est tout à fait possible pour un musicien
professionnel d'être satisfait de son travail de gravure s'il est
ignorant des règles de la gravure musicale.


>  Mais bon, déjà
> deux guerres de religion font rage, Mac vs PC et libre vs propriétaire,
> n'en allumons pas une troisième ;-).

La guerre Mac vs PC n'en est pas (ou plus) une actuellement, mais ça
changera peut-être un jour ; je dirais plutôt qu'il s'agit d'une «
entente cordiale » : pour simplifier, le marché des ordinateurs
personnels grand public est segmenté entre une clientèle de masse et une
clientèle de luxe, et Apple s'adresse spécifiquement à la seconde.

La guerre libre vs. propriétaire est par contre bien tangible, elle
concerne aussi bien les utilisateurs que les développeurs, et on en voit
beaucoup de manifestations sur les plans économique et politique.  Cette
guerre ne doit pas faire oublier le développement et la comparaison des
logiciels eux-mêmes, bien sûr, ce sont deux sujets de discussion assez
indépendants ; au passage, je m'excuse pour ce hors-sujet.


> En ce qui concerne la fugue de Bach, HA n'exporte pas en pdf, je
> l'annexe dont sous forme de .epsf et de 2 scans de mon impression, l'une
> brute, l'autre retouchée.

Merci, je vais voir comment on peut rajouter cet exemple.  Mon lecteur
PDF (Evince) ne lit pas bien le fichier .epfs que tu as joint, et il
pourrait en être de même d'autres logiciels de lecture ou conversion, je
pense qu'il est donc plus sûr d'inclure les images bitmap.


> Je reconnais que la version HA (mis à part
> l'écartement des systèmes) a) exige de nombreuses interventions et b)
> conserve des imperfections. La position des silences, que j'ai
> retouchée, pourrait être encore peaufinée,

On peut toujours peaufiner davantage.  Par exemple, ces derniers temps,
un contributeur a passé je ne sais combien d'heures à corriger la clef
de sol de la police de LilyPond, qui penche un peu trop dans le sens
contraire des aiguilles d'une montre (pas autant que la Tour de Pise,
mais assez pour le déranger :-).  Justement, combien de temps avez-vous
passé à faire ces retouches ?


> mais surtout lorsque deux
> notes appartenant au même accord font partie de 2 voix différentes (main
> droite, première mesure, 4ème temps, si et sol - h et g pour les
> Lilypondistes) leurs hampes se confondent alors que Lilypond les décale
> d'un poil, ce qui rend la lecture un peu plus aisée.

Ce décalage de hampe est discuté dans la nouvelle mouture de l'essai,
qui n'est pas encore traduite.  Finale 2008 fait la même erreur que
Harmony Assistant.


> Mais pour un musicien (même amateur, ce que j'ai toujours été), prendre
> une croche ou une blanche dans une "casse", comme un typographe, et la
> poser à la hauteur voulue sur une portée (inestimable invention qui
> remonte elle aussi au haut moyen-âge), entendre aussitôt le son qu'elle
> produit et écouter en deux-trois clics ce que l'on a saisi, je ne
> pourrais pas m'en passer. Staccato ? Je peux faire en sorte, en
> deux-trois clics, que mes notes détachées aient entre 5 % et 100 % de
> leur durée "nominale", et ainsi de suite.

Il existe de telles fonctionnalités pour LilyPond, par exemple le mode
lyqi pour l'éditeur de texte Emacs permet d'entendre la hauteur de
chaque note au moment ou elle est saisie dans le fichier source
LilyPond, mais c'est vrai qu'elles sont très peu développées.


> La dernière chose que j'ai faite, c'est de saisir la partition pour
> choeur mixte d'un madrigal à partir de 2 sources distinctes, d'y ajouter
> le texte en italien, d'imprimer la partition, de faire chanter le texte
> par un plugin Myriad de synthèse vocale et de fournir un CD comportant
> le madrigal complet et les 4 voix séparées, une fois en vocalises, une
> fois avec les paroles, pour le distribuer à tous les chanteurs. je suis
> sûr qu'aucun d'eux ne "pinaillera" sur les imperfections de sa partition.

Peut-être parce qu'aucun n'osera le faire, ou aucun n'a assez vu de
partitions pour être tombé un jour sur une partition bien gravée et qui
n'a pas été photocopiée trop de fois, sans parler des choristes qui ne
lisent pas la musique mais apprennent par cœur à force de répéter.  La
plupart des musiciens que j'ai entendus se plaindre de la gravure des
partitions sont professionnels et ont déjà vu des partitions de qualité
très diverse, ils ont donc une échelle de référence plus développée.  En
tout cas, les partitions mal gravées enquiquinent aussi bien les
amateurs que les professionnels, indépendamment du fait qu'ils s'en
plaignent verbalement.


> Reste ma "contribution". Je vais m'y attaquer mais ce simple mél m'a
> déjà pris 85 minutes et ces dernières se font rares, surtout lorsqu'on
> est "à la retraite" !

Étudiant en doctorat qui en ce moment lit une montagne de bouquins, je
me plains également du temps soi-disant perdu à écrire des courriels --
"mél" est une horreur hybride entre un sigle, une abréviation et la
francisation d'un mot anglais produite en France, heureusement que les
québécois sont là.  Cependant, nous devons trouver de l'intérêt à passer
autant de temps dans cette discussion !

John

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr

signature.asc (205 bytes) Download Attachment
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

John Mandereau
En réponse à ce message posté par Pierre RUEL
Le vendredi 15 janvier 2010 à 10:38 +0100, Pierre RUEL a écrit :
> A mon tour j'ai truffé le document joint de remarques placées entre
> £...£. Il y a pas mal à débroussailler (désherber ne suffit pas ;-))
> avant de passer à une proposition de contribution.

Je m'excuse de t'avoir plongé directement dans le tutoriel ; essayons
d'abord de replacer le tutoriel dans son contexte.  Le site Web est en
train d'être refait, le nouveau sera mis en service au moment de la
sortie de la version 2.14.  Le lecteur sera quasiment obligé de passer
par certaines pages d'introduction de ce site Web avant d'accéder à la
documentation proprement dite (même pour la documentation
téléchargeable, dont l'accueil sera le site Web diminué des pages de
téléchargement et liens vers la documentation pour les autres
versions) ; vous pouvez déjà voir la traduction en français (que j'ai
faite il y a quelques semaines et qui n'a pas été relue, il y a donc des
petites corrections à faire) des parties Introduction et Manuels.

Je fais donc un dernier tour de commentaires avant que tu nous envoies
une contribution sous forme de modification des fichiers sources
existants ; gardons à l'esprit que le lecteur aborde le tutoriel après
toutes ces pages de présentation du futur site Web ; si certaines de tes
remarques ne sont pas présentes dans l'actuel projet de site Web, alors
suggère-nous précisément les modifications à faire dans les pages du
site Web, formulées comme « sur la page intitulée Toto, entre les
paragraphes Tutu et Tintouin, insérer le paragraphe suivant [ou bien]
replacer le paragraphe [ou la phrase] Blabla par [...] ».  Mince, cela
me fait penser que nous devrions traduire la page
http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/contributor/documentation-suggestions.html
qui parle justement de cela.

Voici mes commentaires au fil du texte.

> pièce jointe document texte brut
> (Rev_introduction_LilyPond_hauteurs-1.txt)
> NB: Mes propres commentaires sont précédés et suivis du sign £


> Chapitre 1: Ecriture des notes
>
> 1 Ecriture des notes
>
> Ce chapitre décrit la saisie des notes dans le cas le plus simple.
>
> 1.1 Hauteurs des notes

Je ne comprends pas ce que veut dire cette introduction de chapitre.  Je
veux bien que tu nous soumettes un chapitre entier, mais je ne suis pas
certain que tu veuilles y passer la centaine d'heures que ça demande :
toute contribution à la documentation doit s'intégrer dans l'existant.
Si tu veux tout chambouler, pourquoi pas, mais alors pour que ce projet
aboutisse, il faut envisager et nous faire part d'un plan (par exemple
sous forme de table des matières), puis attaquer la rédaction section
par section, et si possible trouver des compagnons de travail.  Après
cela, tu dois comprendre pourquoi j'insiste pour que tu fasses l'effort
de suggérer précisément les modifications à la documentation existante :
cela a bien plus de chances d'aboutir à un résultat tangible pour tous
les lecteurs de la documentation, et je suis convaincu que toutes les
objections que tu as faites peuvent trouver pour réponse des
modifications raisonnables du site Web et du tutoriel (prends pour
référence celui de la version 2.13, les liens vers les fichiers sources
que je t'ai donnés sont les bons).


> Cette section détaille la façon d'indiquer les hauteurs de notes en
> l'absence d'une portée. Elle l'aborde sous trois aspects: la saisie
> des hauteurs, la modification des hauteurs et les options de gravure.
>
> 1.1.1 L'écriture des hauteurs de notes
>
> Principe
>
> £Nous ne sommes pas encore dans le tutoriel proprement dit mais dans
> un exposé de son principe - un plutôt des ses principes, modifier le
> sous-titre en conséquence -. Je trouve en effet nécessaire un tel
> passage introductif, pour des raisons précisées au paragraphe "Mode
> absolu et mode relatif".£
Ce paragraphe d'introduction est très bienvenu, mais ne doit pas être
trop long, et dès qu'on parle d'éléments de notation LilyPond il faut
que ce soit un exemple compilable et compréhensible par l'utilisateur,
sinon il faut faire cette modification dans la page du site Web
http://kainhofer.com/~lilypond/Documentation/web/text-input.fr.html


> Le principe d'écriture de Lilypond est extrêmement particulier et il
> convient de bien comprendre d'emblée ses spécificités. Il ne consiste
> pas, en effet, comme dans £j'ajouterais ici: la pratique usuelle et£
> la plupart des logiciels de notation
> musicale, à placer les notes à la hauteur désirée sur une portée mais
> à taper leur nom au clavier dans un fichier texte, sous forme d'un
> code.

D'accord avec l'ajout.


> do re (sans accent) mi fa sol la si.
> **** Introduire très rapidement les noms de notes italiens, pourquoi
> pas, mais alors comme ce tutoriel est une introduction pratique
> (i.e. Avec du code LilyPond qui compile), il faut débuter cet exemple
> avec « \include "italiano.ly" ». ****
> £Je n'introduis pas ici les noms de notes italiens dans le tutoriel -
> qui commence plus loin - mais dans ce préambule je m'empresse de "rassurer"
> l'utilisateur romanophone indécrottable - comme moi - : "Lilypond n'est pas
> totalement anglocentrique".£

D'accord, alors rassurons avec cette phrase au moment où les notes sont
introduits dans l'introduction du site Web
http://kainhofer.com/~lilypond/Documentation/web/text-input.fr.html
(je sais, les exemples de code LilyPond ne sont pas traduits, je prends
la repsonsabilité de corriger ça avant la sortie de la version 2.14)
et/ou dans le tutoriel.


> L'absence de portée a pour conséquence que rien n'indique à quelle
> octave se situe la note dont le nom est saisi.
> **** Cette phrase confond deux modes de représentation musicale :
> celui de la partition de musique, bien connu du musicien, et le
> langage ly (qui est aussi l'interface utilisateur de LilyPond).  Une
> analogie entre les deux modes peut être intéressante, cependant, je
> propose quelque chose comme « Comme la musique est représentée par
> LilyPond sous forme de texte, il n'y a pas de portée pour repérer la
> hauteur des notes, donc en plus du nom de chaque note il faut
> également indiquer son octave. » ****
> £Cete phrase ne "confond" pas deux modes, elle en montre non pas les
> analogies mais les distinctions, dont le lecteur doit être consicent
> avant de pénétrer dans le tutoriel prorpement dit; voir à  nouveau à
> ce sujet le paragraphe "Mode relatif et mode absolu".£
Je regrette, mais le concept de hauteur de note n'est pas pieds et
poings lié au concept de portée.  On peut très bien faire comprendre par
l'écoute à un musicien non lecteur ce que veut dire « une octave plus
bas » ou « deux octaves plus haut », et le numéro d'octave peut être
défini par rapport au clavier de piano ou d'orgue, à la voix humaine...
la façon dont on perçoit les notes dépend de la culture et dans certains
cas est touchée par des illusions, et fait que l'octave qu'on attribue à
telle ou telle note fixée d'un instrument, qui est bien fixée dans la
notation occidentale d'aujourd'hui, est une affaire de convention.
Ainsi, je suis gêné par la formulation « a pour conséquence » dans la
phrase ci-dessus, je préfèrerais une formulation qui ne signifie pas une
relation de cause à effet.


> Cette information est fournie, selon des règles exposées plus
> bas, par l'adjonction d'apostrophes, par exemple do', do'' etc. pour
> indiquer les octaves supérieures et de virgules, par exemple sol,
> sol,, etc. pour les octaves inférieures.
> **** Ce n'est pas très commode pour le lecteur de lire la moitié de
> l'information sur la façon d'indiquer une octave (sans exemple
> pratique d'ailleurs), puis de lire le reste plus loin. De plus,
> éparpiller ainsi l'explication d'une même chose rend la maintenance
> des milliers de pages de la documentation impossible. ****
> £OK. Toujours pour rassurer le lecteur, on peut écrire: Cette information
> est fournie selon les règles exposées au paragraphe "Mode absolu et
> mode relatif".
D'accord.


> Note de référence
>
> En l'absence du référentiel fourni par la portée, Lilypond prend par
> convention pour référence le do3 (c3) qui s'écrit, en clef de fa, dans
> le 2ème interligne de la portée. Sur le clavier du piano, il est situé
> une octave au-dessous du do central (proche de la serrure).
>
> Le code suivant correspond au do central écrit en clef de sol puis en
> clef de fa
> **** Ce n'est pas vrai, le code suivant donne le do une octave
> en-dessous du do central ****
> £En fait, je fais allusion à un exemple différent de celui qui est donné
> actuellement, qui serait rempacé; je trouve que donner comme exemple une note pourvue de 4
> lignes supplémentaires sous la portée est un peu inadéquat. On vient
> d'indiquer que la note de référence est le do3 (c3) en précisant à quel
> endroit il s'écrit. Un exemple du do3 me paraît donc superflu. En revanche,
> un exemple d'une note usuelle comme le do central, aussi courant en clef de
> sol qu'en clef de fa, est plus opportun.£
D'accord.



> \clef treble    clef est une instruction indiquant la clef.
>                 Toutes les instructions dans Lilypond commencent par
>                 un slash inversé
> **** Mieux vaut dire « Les commandes LilyPond commencent par un slash
> inversé. » « toutes » est un poil exagéré, car certaines commandes (ou
> fonctions) s'utilisent plus naturellement via Scheme, c'est-à-dire
> avec "#(". ****
>
> £J'avoue mon ignorance. Est-ce que "la plupart ds commandes..." ne serait pas
> encore préférable pèuisque cela indique qu'il y a des exceptions ? £
Oui, très bien.


> Lilypond propose deux mode de saisie des notes, en relation avec
> l'octave à laquelle elles appartiennent: le mode absolu, dans lequel
> la hauteur de chaque note est indiquée par rapport à la note de
> référence do3 (c3)
> **** Pourquoi ne pas utiliser tout simplement la notation LilyPond,
> c'est-à-dire écrire 'do' ou 'c' au lieu de toujours utiliser une
> notation de théorie musicale ou à la MIDI que le lecteur ne connaît
> pas forcément ? Il est vrai qu'il ne connaît pas forcément bien la
> notation LilyPond, mais pusiqu'il est en train de l'apprendre, il est
> aussi bien de l'utiliser pour qu'il s'y habitue, quitte à la «
> traduire » souvent au début. ****
>
> £A la troisième lecture je ne suis plus très sûr de comprendre. Qu'est-ce
> que la notation de théorie musicale ou à la midi ? Le fait d'indiquer par un chiffre à
> quelle octave se situe une note ?
Oui, pardon, j'ai employé une formulation assez moche.


> Ecrire de la musique en faisant totalement
> abstraction de la théorie musicale est impossible. Alors où s'arrêter ? OK, un
> chiffre après un nom de note peut créer une confusion avec la notation des durées
> selon Lilypond, mais ce n'est pas ma faute si ses auteurs ont choisi cette solution
> qui est en soi une source de confusion. Ou bien est-ce que Lilypond a la prétention
> de réinventer la musique ?

LilyPond n'a pas cette prétention, et n'a pas non plus l'exclusivité de
la représentation des durées avec des chiffres, qui est aussi celle
adoptée pour les raccourcis clavier des durées dans le mode d'entrée
rapide de Finale ou d'autres logiciels de notation musicale avec
interface graphique ; cette confusion est plus visible avec LilyPond,
puisqu'on voit les chiffres sous forme de texte.


> Quant à l'idée que nous nous faisons du lecteur auquel tu fais allusion dans cette
> observation, c'est ici qu'apparaît la différence fondamentale de point de vue entre
> toi (qui n'es certainement pas seul de cet avis) et moi (qui ne crois pas
> l'être non plus). Les lecteurs de cette documentation et/ou les candidats à
> l'emploi de Lilypond ne forment pas un seul bloc, ils appartiennent à 3 catégories:
> les musiciens (au sens le plus large) romanophones, les musiciens disons
> anglo-germano-néerlandophones et les candidats "vierges". Seuls ces derniers sont,
> comme tu l'écris "en train d'apprendre" à la fois Lilypond et le système A, B, C que
> Lilypond transforme en a, b, c. J'ignore totalement comment se répartissent ces 3
> groupes dans l'ensemble des usagers de Lilypond - et ce serait très intéressant à
> savoir - mais compte tenu de ma récente expérience personnelle, j'estime qu'une introduction,
> un "avertissement" que j'ai intitulé ci-dessus Principe(s) est indispensable pour les gens qui sont
> à la fois musiciens et romanophones et qui, francophones par définition - c'est d'une version française que nous
> parlons - sont actuellement considérés comme quantité négigeable alors que je les crois
> extrêmement nombreux, au moins potentiellement.£
Il me semble que ces avertissements devraient être donnés dans le
tutoriel, au fur et à mesure de l'introduction des notations ou
concepts ; comme cela, on serait sûr qu'ils touchent bien le lecteur qui
en a besoin.  À part ce détail, je suis tout à fait d'accord, et pour
connaître la répartition des utilisateurs de LilyPond, on fera un
sondage un de ces jours ;-)


> \relative do la note de référence est le do 3
> \relative do ' la note de référence est le do4, soit le do central.
>                 Cette instruction peut être omise puisqu'elle est
>                 implicite dans le mode relatif
> **** Pourquoi ne pas utiliser tout simplement la notation LilyPond,
> c'est-à-dire écrire 'do' ou 'c' au lieu de toujours utiliser une
> notation à la MIDI que le lecteur ne connaît pas forcément ?
> £Parce qu'il s'agit justement de préciser à quelle octave appartient ce
> 'do' ou ce 'c' en relation avec la présence ou non d'apostrophes dans
> l'expression \relative do ou \relative do'. Sinon comment faire appraître
> la différence à moins d'ajouter un exemple ?
En expliquant cette différence en faisant référence à la portée musicale
munie d'une clef ; ou bien, en définissant au préalable le numéro
d'octave dans le glossaire de LilyPond, et en y ajoutant un lien vers
cette entrée du glossaire depuis le tutoriel.  Pour éviter de diluer le
tutoriel (ça vaut aussi pour le reste du manuel d'initiation), on n'y
explique pas d'éléments théorie musicale, mais si besoin on crée un lien
vers une entrée du glossaire.


> £Tes remarques concernant les règles à observer pour les modifications
> de la documentation m'incitent d'abord à préciser que je ne me doutais
> pas de la manière dont "tout ça fonctionne"; pour moi, ce que vous
> considérez comme une contribution n'était qu'une simple suggestion dont
> je vous laissais le soin de faire ce que vous jugeriez utile, et m'incitent
> ensuite à penser que ma collaboration se limitera au mieux à la mise au point
> du texte ci-dessus. A noter que je n'ai pas encore localisé Texinfo et
> que j'ai des tas d'autres projets en cours, comme chacun d'entre vous je
> suppose. J'en suis désolé mais il faut voir les choses comme elles sont.
> J'attends d'avoir un retour sur mes £...£ avant de m'attaquer à la mise au net
> ce cette "contribution". £
Je me répète : pour localiser où se trouve le texte à modifier dans la
Texinfo, je recommande d'abuser de la fonction de recherche de ton
éditeur de texte préféré.


> £P.S. J'aurais peut-être mieux fait de candidement désherber mon propre
> jardin ;-) £

C'est à toi de voir, mais je n'ai pas le temps de travailler à
l'amélioration de la documentation moi-même, c'est pourquoi je me
contente de donner les moyens à d'autres de le faire.  Pour que cette
discussion aboutisse à un résultat dont tous les lecteurs de la
documentation bénéficieront, quelqu'un doit me suggérer les
modifications, soit comme je t'ai suggéré initialement en modifiant les
fichiers sources, soit comme j'ai indiqué au début de ce message pour
suggérer des modifications sur le site Web, et c'est toi le mieux placé
pour faire ceci ; je n'ai tout simplement pas le temps d'accepter des
contributions sous une autre forme.

Cordialement,
John

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr

signature.asc (205 bytes) Download Attachment
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Pierre RUEL
En réponse à ce message posté par John Mandereau
Bonjour,
Je n'ai pas oublié que je dois proposer des modifications de la doc
et/ou du site selon les procédures en vigueur. Je vais tâcher de m'y mettre.
En attendant, à propos de la phrase suivante

John Mandereau a écrit :

 >> À  mon avis, HA n'est ni plus souple ni plus évident à maîtriser que
Finale,

j'aimerais résumer un épisode récent. Pour cause de maladie du
titulaire, j'ai repris au pied levé la direction d'une petite chorale.
Avec la pianiste-accompagnatrice, nous avons décidé de nous lancer dans
le premier choeur du fameux Gloria de Vivaldi N° 589. Dimanche
(avant-hier) j'ai passé une heure à chercher une partition gratuite avec
orchestre sur le net et je l'ai trouvée en PDF. Je l'ai scannée à l'aide
du greffon OMeR de Harmony Assistant (20 euros). Hier soir en rentrant
de la chorale j'ai ensuite passé environ 3 heures à supprimer les
imperfections et j'ai pu écouter le résultat. Aujourd'hui, je l'ai
envoyé sous forme de CD à l'accompagnatrice. La partition n'est pas
Lilypondesque, mais ce n'est pas un papier mal fichu non plus, comme
disait un colistier. Le son du CD n'est pas celui des Wiener
Philharmoniker mais il est mieux que potable et suffit à nos besoins.
Je ne suis pas un orfèvre de l'informatique (l'abord de Lilypond me l'a
encore prouvé s'il était besoin). Je continue donc de penser que HA est
un logiciel souple et plus facile à maîtriser que Lilypond - en tout cas
pour moi - parce qu'on voit sous forme de musique et qu'on entend
immédiatement le résultats de chaque action, ce qui est loin d'être le
cas avec Lilypond.
Je ne cherche à convaincre personne mais à montrer que j'ai, comme pas
mal de collègues, quelques bonnes raisons d'apprécier ce logiciel dont
le coût plus que raisonnable n'est vraiment pas le plus convaincant des
avantages.
Merci de m'avoir lu jusqu'ici.
Cordialement
Pierre





_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Pierre RUEL
En réponse à ce message posté par John Mandereau
Bonjour John,
Mon long silence n'en était pas vraiment un, il était musical. J'ai
passé beaucoup plus de temps à écrire de la musique qu'à me demander
comment le faire. Ce qui ne m'a pas empêché d'y réfléchir. Je
raccroche sur cet ancien message car depuis lors nous avons un peu
dérivé sur un débat Finale/Harmony/Lilypond qui était un peu à côté du
sujet et parfaitement stérile.
A relire nos échanges, je pense maintenant que des modifications au site
Internet Lilypond seraient peut-être plus appropriées que des
changements dans la documentation.
Je lis sur la page d'accueil "Qu'est-ce qui distingue LilyPond des
autres logiciels ?". La question - essentielle - ne me paraît traitée
qu'à moitié, car la réponse est en substance qu'il fait de plus belles
partitions, ce qui est restrictif et peut paraître à certains un tout
petit peu subjectif. En revanche, il me semble que Lilypond est le seul
logiciel de notation-gravure de musique qui travaille sans portées ni
symboles musicaux, ce qui entraîne toute une série de problèmes
techniques, résolus je l'avoue avec élégance mais de manière un peu
déroutante pour les gens qui ont commencé à noter de la musique, que ce
soit avec papier-crayon ou ordinateur, avant l'apparition de Lilypond,
ce qui fait quand même du monde.
Partant de ce point de vue, à propos duquel je vois déjà venir une
kyrielle d'objections, je suis en train de chercher à quel endroit du
site on pourrait le plus opportunément insérer, en les adaptant à ce
nouveau contexte, les principales informations que je proposais
d'ajouter au manuel.
Je vois à cette approche trois avantages:
1) L'un des deux aspects qui distinguent Lilypond de tous les autres
logiciels (de musique) n'est plus passé sous silence.
2) On ne touche pas à la structure du manuel, ce qui évite d'une part
d'avoir à prendre mille précautions et d'autre part de provoquer un
effet dominos sur d'autres versions, d'autres parties et d'autres
éléments (les exemples, notamment) de ce manuel.
3) De préparer le lecteur initié à la musique à aborder Lilypond et son
manuel sans être trop décontenancé, but premier de ma tentative de
suggestion.
Parmi les inconvénients, il y a 1) le fait que le niveau de l'essai
annoncé sur le site (si ces infos y sont incorporées) se trouve ramené
des hauteurs de la réflexion esthétique au niveau des pâquerettes. 2) Ce
texte perdrait aussi une partie de son caractère promotionnel en
assortissant la présentation du gain esthétique de la mention du prix à
payer. 3) Troisièmement, on peut juger que lorsque le lecteur abordera
le logiciel et son manuel il aura oublié ce qu'il avait lu sur le site.
Enfin, on peut aussi estimer que les amateurs de belles partitions sont
parfaitement capables de se retrouver dans le manuel sans autre
avertissement préalable (et que, corollairement, je fais moi aussi
partie d'une minorité, celle des gens un peu bouchés qui ne se
contentent pas des explications qui suffisent à l'immense majorité).
Que pense-t-on sur la liste Lilypond ?
En attendant, je continue d'explorer le site Internet dans les détails.
Cordialement
Pierre







John Mandereau a écrit :

> Le mercredi 13 janvier 2010 à 12:18 +0100, John Mandereau a écrit :
>> En tout cas merci pour
>> cette contribution ; je m'excuse pour le retard, je vais l'examiner et
>> l'intégrer dans la documentation existante dès que possible.
>
> Il y a des idées intéressantes, j'ai ajouté mes commentaires sous forme
> de notes dans le document ODT joint, si quelq'un a des difficultés à les
> lire, je les reproduirai en texte brut par courriel.
>
> Vu la taille de la documentation de LilyPond par rapport au temps de
> travail disponible pour la maintenir et continuer à la développer, il
> est indispensable, pour le meilleur et pour le pire, de respecter un tas
> de règles que les développeurs et éditeurs de la doc ont approuvées, qui
> sont données dans le Guide des contributeurs (en anglais).  Dans le
> cadre de cette contribution cependant, deux règles suffiront :
>
> - si on explique comment représenter un aspect de la notation musicale
> avec LilyPond, il faut l'accompagner immédiatement d'un exemple -- cette
> règle s'applique au manuels d'initiation et de notation ;
>
> - il est préférable de modifier directement le fichier original, ça nous
> facilite le travail, et vu le peu de temps de travail disponible pour
> LilyPond c'est en pratique nécessaire pour intégrer ta contribution ;
> essaie d'écrire du texte formaté en source Texinfo en t'inspirant du
> code que ce que tu modifies, éventuellement en regardant ce que ça donne
> en comparant avec la documentation déjà compilée, et sans jamais
> chercher à tout comprendre ; si la moindre chose te rebute dans le
> langage Texinfo, écris simplement du texte brut, je m'occuperai du
> formatage.
>
> Tu peux trouver le fichier source Texinfo à modifier sur
> http://git.savannah.gnu.org/gitweb/?p=lilypond.git;a=blob_plain;f=Documentation/fr/learning/tutorial.itely;hb=c6bb7920c063448a48efc61c0137c273e3beaec7
> et éventuellement (si tu veux voir où on parle des noms de notes en
> italien)
> http://git.savannah.gnu.org/gitweb/?p=lilypond.git;a=blob_plain;f=Documentation/fr/learning/common-notation.itely;hb=c6bb7920c063448a48efc61c0137c273e3beaec7
>
> j'attends que tu nous renvoies le tutoriel avec tes modifications
> d'après ta contribution initiale et les commentaires.  N'hésite pas à
> abuser de la fonction rechercher de ton éditeur de texte favori pour
> naviguer dans ces longs fichiers.
>
>
>>> Je ne me rappelle pas si cette liste accepte les pièces jointes.
>> Oui, cf. la page d'infos sur la liste, dont l'adresse est indiquée en
>> bas de chaque message qui parvient sur la liste.
>
> Par contre, pourriez-vous tous à l'avenir envoyer des pièces jointe dans
> un format ouvert s'il-vous-plaît ?  Si besoin, allez voir une définition
> officielle en France sur
> http://formats-ouverts.org/blog/2004/07/01/12-un-article-de-loi-definit-ce-que-sont-les-formats-ouverts
> et plus à propos de ce site sur
> http://formats-ouverts.org/blog/2006/03/15/742-c-est-votre-premiere-visite
>
> Salutations lilyesques,
> John



_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Ph. Hezaine
Pierre RUEL a écrit :

> Que pense-t-on sur la liste Lilypond ?
> En attendant, je continue d'explorer le site Internet dans les détails.
> Cordialement
> Pierre

La réponse GNU qui me vient à l'esprit tient en quelques mots:
Une informatique différente pour un monde différent.

--
   Phil.





_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Pierre RUEL
Bonsoir,
J'ai eu du mal à vous comprendre, Philippe Hézaine, ou plutôt à voir le
rapport avec mon propos, ce qui me confirme dans une impression
récurrente: nous n'avons pas la même façon de voir. J'y reviens tout de
suite.
Pour reprendre le dialogue avec John, j'ai parcouru le site Lilypond et
je n'y ai pas davantage trouvé d'emplacement approprié (que dans la
documentation) pour y insérer mes élucubrations. Cela tient à la
conception même de ce site auquel, comme à un château de cartes, il ne
faut pas toucher de peur de faire s'écrouler l'ensemble. Le même constat
m'était déjà apparu à propos de la doc.
Comme à plusieurs reprises déjà, il m'apparaît que les gens du "libre"
ont une tournure d'esprit qui m'est étrangère; ce qui n'est pas un
reproche: en réalité, c'est le contraire: à force de regarder le monde à
travers des fenêtres, il m'est venu - comme à bien d'autres - une vision
des choses qui n'a plus rien à voir avec la réalité ordinaire (que je
vous fais le crédit de croire du côté du libre).
En conséquence, je reviens à une réflexion antérieure, à savoir que les
amateurs intéressés, si du moins ils n'ont pas été comme moi déformés
par des expériences antérieures, en particulier par la "vision par la
fenêtre" à laquelle je viens de faire allusion, sont parfaitement en
mesure de se retrouver sur le site et dans la documentation tels qu'ils
sont. Si ce n'était pas le cas il y a longtemps d'ailleurs que l'un ou
l'autre, voire les deux, auraient été modifiés. Je vous prie donc de
considérer que je n'ai jamais commis l'imprudence de pénétrer sur les
terres du libre, de Lilypond en particulier, je m'empresse de les
quitter sans faire plus de vagues et je retourne à mes fenêtres.
Cordialement
Pierre


Philippe Hezaine a écrit :

> Pierre RUEL a écrit :
>
>> Que pense-t-on sur la liste Lilypond ?
>> En attendant, je continue d'explorer le site Internet dans les détails.
>> Cordialement
>> Pierre
>
> La réponse GNU qui me vient à l'esprit tient en quelques mots:
> Une informatique différente pour un monde différent.
>
>
> ------------------------------------------------------------------------
>
> _______________________________________________
> liste de diffusion lilypond-user-fr
> [hidden email]
> http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr


_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Daniel Cartron
Le mercredi 17 février 2010, Pierre RUEL a écrit :
> Comme à plusieurs reprises déjà, il m'apparaît que les gens du "libre"
> ont une tournure d'esprit qui m'est étrangère

Je n'ai pas tout bien suivi et je ne sais pas vraiment de quelle tournure
d'esprit tu parles, mais j'ai moi aussi beaucoup de mal à m'y retrouver dans
la doc, or je suis dans le monde du libre depuis pas mal de temps déjà, donc
ce n'est pas l'explication AMHA.

En ce qui me concerne, mon principal problème est que les informations que je
m'attendrais à trouver organisées d'une certaine façon le sont de façon
totalement différente, ce qu'il me semblerait logique de regrouper est
dispersé, etc. Je n'ai pas d'exemple précis à donner mais c'est mon ressenti
global sur cette doc. Les rédacteurs de la doc et moi-même ne regardons pas
les choses par le même bout de la lorgnette. Je pense que la stylistique
anglo-saxonne y est pour pas mal, mais il y a aussi le fait que les infos sont
regroupées du point de vue du développeur et non de l'utilisateur final : par
exemple, selon qu'il faudra utiliser tel ou tel autre graveur pour obtenir un
résultat l'info sera classée ici ou là. De plus les infos sont dans plusieurs
manuels...

Et comme c'est vrai aussi que la doc est quand même très dense, la
réorganiser serait un travail de titan... J'ai essayé de le faire pour me
faire une aide contextuelle pour mon éditeur, et j'ai abandonné.

--
Cordialement, Daniel Cartron
« Quand on épluche des oignons, il faut en même temps penser à quelqu'un
qu'on aime bien et qui est mort, sans quoi ce sont des larmes perdues. »
François Cavanna - Le saviez-vous ?





_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Valentin Villenave
Administrateur
En réponse à ce message posté par Pierre RUEL
2010/2/17 Pierre RUEL <[hidden email]>:
> J'ai eu du mal à vous comprendre, Philippe Hézaine, ou plutôt à voir le
> rapport avec mon propos, ce qui me confirme dans une impression récurrente:
> nous n'avons pas la même façon de voir. J'y reviens tout de suite.
> Pour reprendre le dialogue avec John, j'ai parcouru le site Lilypond et je
> n'y ai pas davantage trouvé d'emplacement approprié (que dans la
> documentation) pour y insérer mes élucubrations. Cela tient à la conception
> même de ce site auquel, comme à un château de cartes, il ne faut pas toucher
> de peur de faire s'écrouler l'ensemble. Le même constat m'était déjà apparu
> à propos de la doc.

Il ne vous a peut-être pas échappé que le site officiel de Lilypond
est en train d'être complètement redessiné :
http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/index.html
Entre autres nouveautés, le texte d'introduction est réécrit de fond
en comble, et si vous avez quelques phrases bien senties et (qui vous
semblent) pertinentes à nous suggérer, je me ferai un plaisir de les
traduire en anglais et de les faire remonter auprès des rédacteurs du
nouveau site.

Cordialement,
V. Villenave.



_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Pierre RUEL
Bonjour et merci,
John Mandereau m'avait en effet parlé d'un nouveau site, sans préciser
le stade atteint dans sa réalisation. Je vais aller voir à l'adresse que
vous m'indiquez et tâcherai de répondre de mon mieux à votre suggestion,
si du moins je trouve mes phrases assez bien senties et pertinantes.
Cordialement
P. Ruel
P.S. Puis-je vous adresser un HS en privé ?
P.R.

Valentin Villenave a écrit :

> 2010/2/17 Pierre RUEL <[hidden email]>:
>> J'ai eu du mal à vous comprendre, Philippe Hézaine, ou plutôt à voir le
>> rapport avec mon propos, ce qui me confirme dans une impression récurrente:
>> nous n'avons pas la même façon de voir. J'y reviens tout de suite.
>> Pour reprendre le dialogue avec John, j'ai parcouru le site Lilypond et je
>> n'y ai pas davantage trouvé d'emplacement approprié (que dans la
>> documentation) pour y insérer mes élucubrations. Cela tient à la conception
>> même de ce site auquel, comme à un château de cartes, il ne faut pas toucher
>> de peur de faire s'écrouler l'ensemble. Le même constat m'était déjà apparu
>> à propos de la doc.
>
> Il ne vous a peut-être pas échappé que le site officiel de Lilypond
> est en train d'être complètement redessiné :
> http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/index.html
> Entre autres nouveautés, le texte d'introduction est réécrit de fond
> en comble, et si vous avez quelques phrases bien senties et (qui vous
> semblent) pertinentes à nous suggérer, je me ferai un plaisir de les
> traduire en anglais et de les faire remonter auprès des rédacteurs du
> nouveau site.
>
> Cordialement,
> V. Villenave.
>


_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Pierre RUEL
En réponse à ce message posté par Valentin Villenave
Rebonjour,
Pas besoin de longues réflexions: le nouveau site est chapeauté par un
pavé rouge qui dit en gros: "les observations sur la saisie de musique
sous forme de texte n'ont rien à faire ici". Or, mes remarques ne
concernent rien d'autre que la saisie sous forme de texte, ses
corollaires et ses conséquences. Elles n'ont donc rien à faire ici, et
moi non plus. Maintenant, si vous désirez en prendre connaissance tout
de même, elles étaient jointes à mon post du 30.12.2009 et pour
simplifier je vais vous forwarder séparément ce post avec son annexe.
Cordialement
P. Ruel
P.S. J'ai tout de même eu le temps de constater que la version française
n'est pas exempte de scories.


Valentin Villenave a écrit :

> 2010/2/17 Pierre RUEL <[hidden email]>:
>> J'ai eu du mal à vous comprendre, Philippe Hézaine, ou plutôt à voir le
>> rapport avec mon propos, ce qui me confirme dans une impression récurrente:
>> nous n'avons pas la même façon de voir. J'y reviens tout de suite.
>> Pour reprendre le dialogue avec John, j'ai parcouru le site Lilypond et je
>> n'y ai pas davantage trouvé d'emplacement approprié (que dans la
>> documentation) pour y insérer mes élucubrations. Cela tient à la conception
>> même de ce site auquel, comme à un château de cartes, il ne faut pas toucher
>> de peur de faire s'écrouler l'ensemble. Le même constat m'était déjà apparu
>> à propos de la doc.
>
> Il ne vous a peut-être pas échappé que le site officiel de Lilypond
> est en train d'être complètement redessiné :
> http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/index.html
> Entre autres nouveautés, le texte d'introduction est réécrit de fond
> en comble, et si vous avez quelques phrases bien senties et (qui vous
> semblent) pertinentes à nous suggérer, je me ferai un plaisir de les
> traduire en anglais et de les faire remonter auprès des rédacteurs du
> nouveau site.
>
> Cordialement,
> V. Villenave.
>


_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: Re: to pitch or not to...

Seventies
En réponse à ce message posté par Pierre RUEL

>2010/2/17 Pierre RUEL <[hidden email]>:
>> J'ai eu du mal à vous comprendre, Philippe Hézaine, ou plutôt à voir le
>> rapport avec mon propos, ce qui me confirme dans une impression récurrente:
>> nous n'avons pas la même façon de voir. J'y reviens tout de suite.
>> Pour reprendre le dialogue avec John, j'ai parcouru le site Lilypond et je
>> n'y ai pas davantage trouvé d'emplacement approprié (que dans la
>> documentation) pour y insérer mes élucubrations. Cela tient à la conception
>> même de ce site auquel, comme à un château de cartes, il ne faut pas toucher
>> de peur de faire s'écrouler l'ensemble. Le même constat m'était déjà apparu
>> à propos de la doc.
>
>Il ne vous a peut-être pas échappé que le site officiel de Lilypond
>est en train d'être complètement redessiné :
>http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/index.html
>Entre autres nouveautés, le texte d'introduction est réécrit de fond
>en comble, et si vous avez quelques phrases bien senties et (qui vous
>semblent) pertinentes à nous suggérer, je me ferai un plaisir de les
>traduire en anglais et de les faire remonter auprès des rédacteurs du
>nouveau site.
>
>Cordialement,
>V. Villenave.
Magnifique : plus attrayant, mieux conçu (d'après une visite très rapide), mais les utilisateurs de XP ont intérêt à utiliser Firefox, car sous IE, les cadres masquent une partie du texte ;-)

Visite plus en détail ce soir ...

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Liste des partitions LilyPond en http://www.espace-midi.com/lilypond
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Valentin Villenave
Administrateur
En réponse à ce message posté par Pierre RUEL
2010/2/19 Pierre RUEL <[hidden email]>:
> Bonjour,

Bonjour,

quelques remarques préalables :

 - Je n'ai pas reçu de mail (privé ou public) de votre part comme vous
sembliez l'indiquer (ni de .doc, d'ailleurs) ; qu'en est-il ?

 - Le fameux "pavé rouge" qui vous a dissuadé n'apparaît que dans la
version française, et est bien évidemment appelé à disparaître. Il ne
s'agissait bien évidemment pas de dire "prétendons que le problème
n'existe pas", mais tout au plus "il existe une page à part entière
pour aborder ce problème, et ici n'est pas le lieu le plus approprié".

 - Pour ma part, lorsque j'essaye de suivre le parcours "spontané"
d'un nouveau visiteur (je me réfère ici à la version anglophone, mais
la version française suit le même cheminement) :
    - ... page d'accueil : http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/index
    -> je suis le lien "introduction" (soit en haut dans le menu, soit
dans le corps du texte dès la troisième ligne).
    - page "introduction" :
http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/introduction
    -> dès le troisième paragraphe, la mention "Entrée sous forme de
texte" m'intrigue. Je peux soit revenir à la page précédente et
cliquer sur le lien correspondant, soit cliquer sur le lien dans le
menu.
    -> au cas où je serais passé à côté, la page "Manuels"
http://lilypond.org/doc/v2.13///Documentation/web/manuals renvoie
également à la page dédiée à la saisie sous forme de texte, c'est même
le tout premier lien, et il est indiqué "Lisez d'abord ceci !" (avec
un point d'exclamation !)
    - me voilà sur
http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/text-input ; là, tout
m'est expliqué en détail, avec des dessins, des couleurs, des liens
vers la documentation et vers les environnements d'édition.
(Cette page n'est pas encore traduite il me semble, mais ce n'est
qu'une question de jours !)

 - Je reviens également sur votre intervention suivante :
"""
clivage [...] entre les informaticiens et les musiciens, ou les
non-informaticiens en général, à quoi s'ajoutent les différences
d'approche entre francophones et anglophones. Les auteurs ont beau se
présenter comme musiciens professionnels, le simple fait qu'ils aient
pu concevoir et produire Lilypond démontre qu'ils sont encore plus
geeks que musiciens
"
C'est une discussion qui revient souvent sur cette liste (quoique
rarement en mode non-troll, d'ailleurs). À cela, je ne puis
qu'objecter mon expérience personnelle (en fin de message car
franchement hors-sujet).

> Navré pour mon annexe .doc d'hier. Voici la version .txt.

Je trouve cela (votre "contribution", si le terme ne vous effraie pas
!) bien vu et clairement formulé. Avant de l'aborder plus en détail,
un souci me préoccupe : comment l'intégrer avec les ressources déjà
existantes ?

En particulier, la page
http://lilypond.org/doc/v2.13//Documentation/web/text-input.fr.html
que tout nouveau venu est invité à lire, recoupe partiellement votre
introduction, et
http://lilypond.org/doc/v2.13//Documentation/learning/simple-notation.fr.html
(dont les débutants sont également invités à prendre connaissance)
introduit tant bien que mal le mode \relative (dont je conviens qu'il
n'est pas très aisé à expliquer).

Je lis dans un mail précédent (car beaucoup d'informations semblent
avoir été perdues dans cette discussion) que vous proposez une
modification destinée au "chapitre 1" ; s'agit-il du manuel
d'initiation...
http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/learning/index.fr.html
ou du manuel de notation ?
http://lilypond.org/doc/v2.13//Documentation/notation/index.fr.html

S'il s'agit de ce dernier cas, n'oubliez pas que
1) toute personne lisant le manuel d'initiation est censée avoir
parcouru abondamment le site web (et donc s'être livrée au cheminement
que j'indiquais ci-dessus, qui couvre notamment la problématique de la
saisie sous forme de texte)
2) toute personne lisant le manuel d'initiation est censée avoir lu le
site web *ET* le manuel d'initiation ! C'est même indiqué en toutes
lettres.

Cordialement,
V. Villenave.


P.S. J'ai vingt-cinq ans, je suis pianiste, et diplômé en Lettres
classiques (je n'ai pas fait d'anglais au lycée). J'ai grandi sans
ordinateur, sans accès à Internet et sans boîte e-mail : j'ai
découvert Internet en 2001, et le logiciel Libre à peu près à la même
époque. J'ai testé Lilypond une première fois, ai trouvé cela
intéressant mais horriblement compliqué, et me suis empressé
d'utiliser plutôt des versions pirates de logiciels commerciaux
(Finale, Sibelius).

En 2006, l'opéra national de Montpellier m'a commandé mon premier
opéra, et je me suis dit qu'il était décidément très peu éthique de
leur livrer une partition éditée au moyen d'un logiciel piraté. J'ai
donc entrepris d'apprendre à maîtriser LilyPond. Je me suis abonné au
printemps aux listes de discussions (c'est par ce seul biais-là que
j'ai acquis la maîtrise de l'anglais), et j'ai aidé à traduire la
documentation. J'ai fait l'acquisition de mon tout premier ordinateur
à cette époque, et j'ai commencé à me mettre au travail.

J'ai été tenté, dans un premier temps, de trouver un moyen de
"tricher", en copiant ma musique dans un autre logiciel, puis en la
convertissant d'une manière ou d'une autre vers le format LilyPond.
Cela m'a fait perdre plusieurs semaines, jusqu'à ce que je réalise que
saisir du code à la main était bien plus rapide, plus agréable et
moins contraignant. En deux-trois mois j'avais à peu près acquis les
moyens nécessaires pour saisir ma musique : à l'été 2006, j'ai profité
des vacances pour recopier intégralement sous LilyPond les 200 pages
d'opéra que j'avais déjà écrites sous Sibelius. Cela ne m'a pris que
trois semaines (pour saisir, de zéro, l'équivalent d'un an d'écriture
et d'édition).

À force de travailler sur la documentation en français, j'en suis venu
à travailler sur la documentation en anglais, puis à m'occuper du LSR,
puis à écrire moi-même quelques bouts de code, puis à rédiger un
"magazine" hebdomadaire en anglais destiné à la communauté LilyPond,
puis à devenir responsable des rapports de bugs, puis...

Je ne me considère absolument pas comme un informaticien, j'anime
régulièrement des stages LilyPond destinés aux adultes ou aux enfants
de 10 à 15 ans, et je ne sache pas que la prise en main soit
particulièrement plus difficile que pour tout autre logiciel, bien au
contraire. Le seul anglais que je parle (exclusivement par écrit), je
l'ai appris sur les listes de discussion de LilyPond, et le seul
langage "informatique" que je maîtrise, c'est le langage LilyPond --
qui ferait sourire tout programmeur digne de ce nom, habitué à manier
des choses bien plus techniques et complexes.

Quant à l'approche anglo-centrée, je n'ai jamais utilisé le nom des
notes par défaut (qui n'est d'ailleurs pas anglais mais hollandais).
J'utilise les "do re mi" auxquels je suis habitués, ce qui me permet
d'ailleurs d'entendre dans ma tête la musique à mesure que je l'écris.
Alors certes, il y a les \time, \key et \new Staff auxquels nous
sommes tous confrontés un jour où l'autre, mais l'embarras me semble
bien mineur en fin de compte (trois ou quatre lignes de code sur des
centaines)...



_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Valentin Villenave
Administrateur
2010/2/22 Pierre RUEL <[hidden email]>:

Nous voilà donc avec une question centrale :

> pour moi un manuel se suffit à lui-même, c'est-à-dire qu'il contient sa
> propre introduction, sa préface, son avant-propos et tout ce qu'il y a à
> savoir pour l'intelligence du manuel proprement dit.

L'ancien manuel contenait effectivement ces prolégomènes (que
l'éditeur de la documentation, Graham Percival, qualifierait
volontiers de "fluff", c'est-à-dire une lecture plaisante mais peu
utile).

La nouvelle page de manuels
(http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/manuals) renvoie à
diverses ressources, au premier chef desquelles la fameuse page
"saisie sous forme de texte" dont je vous parlais tantôt.

> permettez-moi de penser que compte tenu du temps que vous avez
> passé à travailler sur le logiciel, sa documentation et son site, vous ne
> pouvez absolument pas en faire une visite "spontanée".

C'est toute la difficulté : vous-même avez également dépassé, il me
semble, le stade de "visiteur naïf". Il n'en demeure pas moins que
(comme la plupart des logiciels, libres ou non), le premier aperçu
qu'ont les nouveau venus est le site Web, bien avant d'ouvrir la
documentation.

> je trouve personnellement
> extrêmement fastidieux que, pour aller d'un point A, l'introduction, au
> point B, le logiciel, il faille ricocher de page en page pour trouver des
> informations qui pourrait parfaitement être exposées de façon discursive

Je comprends votre point de vue. Comme je vous l'expliquais, la
documentation était autrefois structurée d'une façon plus linéaire ;
la raison pour laquelle elle a été réorganisée tourne autour du
postulat suivant :
là où la documentation elle-même est faite pour être compulsée, lue,
relue, en détail, les pages introductives (telles que l'"essai", ou la
page "saisie sous forme de texte") sont formulées de façon plus
attrayante (illustrations en couleurs, etc.) et sont destinées à
n'être lues qu'une seule fois.

À ce titre, nous ne considérons plus ces pages comme faisant partie du
manuel. Un exemple : l'introduction que vous nous avez concoctée se
réfère aux logiciels graphiques existants. Cette information est
parfaitement valable et nécessaire (tout au moins dans un premier
temps), en ce qu'elle explique aux utilisateurs habitués à un certain
paradigme (souris/écran) qu'ils doivent abandonner leurs repères
habituels.
La documentation en elle-même, en revanche, ne s'adresse pas
nécessairement aux utilisateurs habitués à ce paradigme, mais bien à
*tous* les utilisateurs, d'où qu'ils viennent et quel que soit leur
passé !

De même pour le glossaire ou l'essai, dont la lecture n'est pas vitale
pour l'utilisation de LilyPond : il semble logique qu'ils fassent
l'objet de documents séparés.

> D'ailleurs pourquoi y a-t-il 2 manuels ? Lilypond étant un
> logiciel de notation, le manuel Lilypond *est* le manuel de notation. J'ai
> d'ailleurs perdu pas mal de temps à retrouver telle ou telle indication car
> je n'avais pas noté si elle provenait du manuel d'initiation (d'initiation à
> quoi, sinon à la notation ?) ou du manuel de notation.

Puisque vous venez d'une culture classique, je pense que la notion de
"digeste" ne vous sera pas étrangère...
Le manuel d'initiation est destiné à être lu entièrement, de façon
linéaire. À ce titre il reprend des notions importantes du manuel de
notation, et les présente d'une façon (censément) adaptée aux
débutants, "discursive" comme vous le disiez ci-dessus, et
progressive.
Le manuel de notation, pour sa part, est "la" référence exhaustive.
L'on ne s'en sert que pour chercher tel ou tel point bien précis, dès
que les notions (relativement) simples apprises dans le manuel
d'initiation ne suffisent plus.

> C'est un point sur lequel je suis en complet désaccord, comme je l'ai déjà
> dit. D'ailleurs après avoir lu le texte intitulé "essai" et ses
> considération esthétiques un rien maximalistes, je n'ai pas vu l'intérêt de
> lire la totalité de la prose des auteurs du logiciel.

Je vous laisse très volontiers ce point de vue, en ce qui me concerne
c'est précisément ce texte qui a achevé de me convaincre d'adopter
LilyPond. Au demeurant, ledit "essai" n'est que lointainement dérivé
de la "prose" des deux auteurs d'origine, et vient de surcroît d'être
(lui aussi) entièrement réécrit par un simple contributeur qui
n'appartient pas à l'équipe de développement.
Un logiciel Libre n'est pas un _produit_ achevé, mais un _projet_
collectif en perpétuelle évolution (dans le bon sens, espérons-le), et
à ce titre il n'y a pas de différence fondamentale entre un
utilisateur et un contributeur -- notre discussion en étant un bon
exemple, puisque certaines de vos remarques (par exemple l'avancement
des traductions) rejoignent les préoccupations de la communauté.

Cordialement,
V. Villenave.



_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Pierre RUEL
Bonjour,
Il n'y à peu près rien à ajouter (après coup, je me rends compte que
j'ai de nouveau été teriblement prolixe !). Je suis heureux de voir que
vous me donnez raison sur quelques points: ma vision n'est donc pas
complètement aberrante.
Le libre en tant que work in progress m'est assez sympathique, du moins
à première vue et il serait fastidieux de chercher à savoir à partir de
quel point ou sous quel angle il me devient aussi étranger.
Le point autour duquel tourne notre - disons - dissonance est
l'importance relative que nous accordons vous (Valentin Villenave et les
passionnés de Lilypond comme ses auteurs) et moi à l'aspect esthétique
d'une partition. A mon avis, il n'est pas vrai que toutes les partitions
informatiques sont des horreurs ni que leur lisibilité est déplorable
(ce sont à peu près les termes que j'ai lus sur la liste en réponse à
mes remarques). J'en possède quelques kilos (la littérature pour flûte
n'est pas aussi vaste que celle de votre instrument) et aucune ne m'a
jamais posé de problèmes de lecture, hormis pour des questions de taille
des portées. Celles dont j'hérite "par hasard" lors d'un stage, pas
davantage. C'est sous cet angle qu'il faut comprendre le mot
"maximaliste" que j'ai utilisé à propos de l'essai. (Ce qui ne veut pas
dire que l'aspect esthétique n'a pas d'importance pour moi en aucune
matière. Vous me comprendrez si je dis que je préfère relire un peu
d'Homère dans l'édition d'Oxford plutôt que dans la Teubneriana et
encore moins dans les Belles lettres, même si vous n'êtes pas d'accord
avec mon choix.)
Il n'y a qu'un point sur lequel j'aurais encore à objecter. Quand vous
écrivez
 > ...utilisateurs habitués à un certain
 > paradigme (souris/écran) qu'ils doivent abandonner leurs repères
 > habituels.
 > La documentation en elle-même, en revanche, ne s'adresse pas
 > nécessairement aux utilisateurs habitués à ce paradigme,

Le paradigme majeur, à mon avis, c'est le papier réglé et le crayon.
J'ai des petits neveux qui font leurs premiers pas en musique en 2010:
il n'est pas question pour eux de souris ni d'écran. Le fossé entre
cette pratique manuelle et la saisie informatique sous forme de texte
est encore plus large. Or je doute qu'il existe des utilisateurs qui
abordent la musique directement par Lilypond.
Mais bref, "votre" choix est le vôtre, très bien: vous placez sur le
site des prolégomènes que j'aurais associés au manuel. Lequel n'en est
pas un. La plupart des auteurs de logiciels les fournissent avec une
documentation; je trouverais pédagogiquement plus opportun de proposer -
en lieu et place ou par-dessus le marché - un vrai manuel progressif qui
prenne l'utilisateur par la main, lui explique à quoi il doit s'attendre
  et le conduise de l'ignorance - ou de l'environnement - où il se
trouve jusqu'à la maîtrise du logiciel. Mais c'est un autre débat.

J'ai été heureux de cet échange terriblement HS, ce dont je demande
pardon aux colistiers préoccupés par leurs \overrideBeamSettings et
leurs make-pango-font-tree (tout de même un peu plus de 4 lignes de
code, non ?). Plein succès à Lilypond. Et à vous-même.
Nymphéatiquement vôtre
Pierre Ruel







Valentin Villenave a écrit :

> 2010/2/22 Pierre RUEL <[hidden email]>:
>
> Nous voilà donc avec une question centrale :
>
>> pour moi un manuel se suffit à lui-même, c'est-à-dire qu'il contient sa
>> propre introduction, sa préface, son avant-propos et tout ce qu'il y a à
>> savoir pour l'intelligence du manuel proprement dit.
>
> L'ancien manuel contenait effectivement ces prolégomènes (que
> l'éditeur de la documentation, Graham Percival, qualifierait
> volontiers de "fluff", c'est-à-dire une lecture plaisante mais peu
> utile).
>
> La nouvelle page de manuels
> (http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/manuals) renvoie à
> diverses ressources, au premier chef desquelles la fameuse page
> "saisie sous forme de texte" dont je vous parlais tantôt.
>
>> permettez-moi de penser que compte tenu du temps que vous avez
>> passé à travailler sur le logiciel, sa documentation et son site, vous ne
>> pouvez absolument pas en faire une visite "spontanée".
>
> C'est toute la difficulté : vous-même avez également dépassé, il me
> semble, le stade de "visiteur naïf". Il n'en demeure pas moins que
> (comme la plupart des logiciels, libres ou non), le premier aperçu
> qu'ont les nouveau venus est le site Web, bien avant d'ouvrir la
> documentation.
>
>> je trouve personnellement
>> extrêmement fastidieux que, pour aller d'un point A, l'introduction, au
>> point B, le logiciel, il faille ricocher de page en page pour trouver des
>> informations qui pourrait parfaitement être exposées de façon discursive
>
> Je comprends votre point de vue. Comme je vous l'expliquais, la
> documentation était autrefois structurée d'une façon plus linéaire ;
> la raison pour laquelle elle a été réorganisée tourne autour du
> postulat suivant :
> là où la documentation elle-même est faite pour être compulsée, lue,
> relue, en détail, les pages introductives (telles que l'"essai", ou la
> page "saisie sous forme de texte") sont formulées de façon plus
> attrayante (illustrations en couleurs, etc.) et sont destinées à
> n'être lues qu'une seule fois.
>
> À ce titre, nous ne considérons plus ces pages comme faisant partie du
> manuel. Un exemple : l'introduction que vous nous avez concoctée se
> réfère aux logiciels graphiques existants. Cette information est
> parfaitement valable et nécessaire (tout au moins dans un premier
> temps), en ce qu'elle explique aux utilisateurs habitués à un certain
> paradigme (souris/écran) qu'ils doivent abandonner leurs repères
> habituels.
> La documentation en elle-même, en revanche, ne s'adresse pas
> nécessairement aux utilisateurs habitués à ce paradigme, mais bien à
> *tous* les utilisateurs, d'où qu'ils viennent et quel que soit leur
> passé !
>
> De même pour le glossaire ou l'essai, dont la lecture n'est pas vitale
> pour l'utilisation de LilyPond : il semble logique qu'ils fassent
> l'objet de documents séparés.
>
>> D'ailleurs pourquoi y a-t-il 2 manuels ? Lilypond étant un
>> logiciel de notation, le manuel Lilypond *est* le manuel de notation. J'ai
>> d'ailleurs perdu pas mal de temps à retrouver telle ou telle indication car
>> je n'avais pas noté si elle provenait du manuel d'initiation (d'initiation à
>> quoi, sinon à la notation ?) ou du manuel de notation.
>
> Puisque vous venez d'une culture classique, je pense que la notion de
> "digeste" ne vous sera pas étrangère...
> Le manuel d'initiation est destiné à être lu entièrement, de façon
> linéaire. À ce titre il reprend des notions importantes du manuel de
> notation, et les présente d'une façon (censément) adaptée aux
> débutants, "discursive" comme vous le disiez ci-dessus, et
> progressive.
> Le manuel de notation, pour sa part, est "la" référence exhaustive.
> L'on ne s'en sert que pour chercher tel ou tel point bien précis, dès
> que les notions (relativement) simples apprises dans le manuel
> d'initiation ne suffisent plus.
>
>> C'est un point sur lequel je suis en complet désaccord, comme je l'ai déjà
>> dit. D'ailleurs après avoir lu le texte intitulé "essai" et ses
>> considération esthétiques un rien maximalistes, je n'ai pas vu l'intérêt de
>> lire la totalité de la prose des auteurs du logiciel.
>
> Je vous laisse très volontiers ce point de vue, en ce qui me concerne
> c'est précisément ce texte qui a achevé de me convaincre d'adopter
> LilyPond. Au demeurant, ledit "essai" n'est que lointainement dérivé
> de la "prose" des deux auteurs d'origine, et vient de surcroît d'être
> (lui aussi) entièrement réécrit par un simple contributeur qui
> n'appartient pas à l'équipe de développement.
> Un logiciel Libre n'est pas un _produit_ achevé, mais un _projet_
> collectif en perpétuelle évolution (dans le bon sens, espérons-le), et
> à ce titre il n'y a pas de différence fondamentale entre un
> utilisateur et un contributeur -- notre discussion en étant un bon
> exemple, puisque certaines de vos remarques (par exemple l'avancement
> des traductions) rejoignent les préoccupations de la communauté.
>
> Cordialement,
> V. Villenave.
>


_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: to pitch or not to...

Valentin Villenave
Administrateur
2010/2/22 Pierre RUEL <[hidden email]>:
> Bonjour,

Bonjour,

> A
> mon avis, il n'est pas vrai que toutes les partitions informatiques sont des
> horreurs ni que leur lisibilité est déplorable (ce sont à peu près les
> termes que j'ai lus sur la liste en réponse à mes remarques).

Je ne doute pas que la lisibilité soit tout à fait correcte, en
revanche il est certain que là où LilyPond vous "force" à avoir un
résultat en général plus que correct, les logiciels couramment
utilisés par les éditeurs aujourd'hui demandent un minimum d'effort
pour obtenir une gravure qui ne soit pas bêtement mécanique, et que
ces efforts ne sont pas toujours faits (particulièrement dans du
répertoire pédagogique édité à la va-vite, au hasard par des éditeurs
français).

> Vous me comprendrez si je dis que je préfère relire un
> peu d'Homère dans l'édition d'Oxford plutôt que dans la Teubneriana et
> encore moins dans les Belles lettres

De toute façon la rềgle numéro un est : fuir les Belles lettres,
quoiqu'il arrive :-)

> Le paradigme majeur, à mon avis, c'est le papier réglé et le crayon.

C'est une question très intéressante. Il m'est arrivé d'écrire
directement dans LilyPond, mais son approche très horizontale ne me
correspond guère (je n'y verrais aucun inconvénient, par exemple, pour
de la musique de flûte solo).

Le papier et le crayon sont effectivement des outils indispensables,
et en cela LilyPond m'y a fait revenir. Je préfère un fossé "plus
large", comme vous dites, à une fausse impression de "voir" la musique
sur son écran (et je ne mentionne même pas le gros bouton "play" de
Finale et Sibelius, à qui j'impute volontiers toute une génération de
"compositeurs"/arrangeurs sourds).

> Mais bref, "votre" choix est le vôtre, très bien: vous placez sur le site
> des prolégomènes que j'aurais associés au manuel. Lequel n'en est pas un. La
> plupart des auteurs de logiciels les fournissent avec une documentation; je
> trouverais pédagogiquement plus opportun de proposer - en lieu et place ou
> par-dessus le marché - un vrai manuel progressif qui prenne l'utilisateur
> par la main, lui explique à quoi il doit s'attendre  et le conduise de
> l'ignorance - ou de l'environnement - où il se trouve jusqu'à la maîtrise du
> logiciel. Mais c'est un autre débat.

C'est là le rôle du manuel d'initiation, que ses auteurs ont
semble-t-il voulu le plus bref possible pour s'assurer qu'il puisse
être lu en entier.

Au demeurant, je viens de me rendre compte que le site web est
également proposé en PDF, comme un manuel à part entière :
http://lilypond.org/doc/v2.13/Documentation/web/web.fr.html

Partant, il serait donc tout à fait possible de regrouper en un seul
"gros" manuel les différentes (nombreuses) ressources, mises
bout-à-bout. Il me semble qu'on atteindrait au bas mot 2 ou 3 000
pages, cependant...

> J'ai été heureux de cet échange terriblement HS, ce dont je demande pardon
> aux colistiers préoccupés par leurs \overrideBeamSettings et leurs
> make-pango-font-tree (tout de même un peu plus de 4 lignes de code, non ?).

N'ayant jamais utilisé ni l'un ni l'autre, je n'en ressens pas le besoin :-)

Cordialement,
V. Villenave.



_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
[hidden email]
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr
12